5 questions à la photographe mariage Marie-Eve Bergère Beaumont

Non je ne vais pas relancer la polémique Pour ou contre les photos de groupe (et non, je ne re-linke pas mon article ni vu ni connu j’t’embrouille tes fils de baker-twine !), mais quand même. J’ai vu de mes lunettes XXL de Photobooth vu, des mariées se crêper le chignon flou, et se battre en duel à coup de panneaux « Cocktail », après un débat hautement politique, lancé par une belle-mère démoniaque (pas la mienne, hein chéri !) sur ce sujet touchy.

Aujourd’hui, je m’en vais (armée d’un petit drapeau blanc planté sur le cup-cake de la paix) sur le terrain des anti. Celles qui vendraient leurs bridemaids pour échapper aux photos de groupe posées, aux rangées de convives alignées, aux visages figés et sourires coincés. Celles qui donneraient leur Delphine, leurs kilomètres de fanions liberty et leur pile d’assiettes chinées dans le grenier de Grand-mère, pour des clichés naturels (mais jolis), capturés sur le vif, par une photographe journaliste de mariage.

Et embarque avec moi Marie-Eve Bergère Beaumont, représentante (de talent !) du wed’photo-reportage, des prises spontanées et des souvenirs… vrais !

Zoom sur ses mots et photos…

 


Un portrait express
« Je m’appelle Marie-Eve, maman d’un petit garçon, je vis et travaille pour la photographie… Elle ne naît pas de moi, je nais d’elle. Je me suis lancée dans la photo comme on lance un boomerang, par jeu, par défi et aussi par la loi des rencontres… Elle me procure une liberté sur le plan personnel et professionnel. Rendre la photo de mariage différente, nouvelle, libre, je veux être l’outil de cette métamorphose. »

Un zoom sur ses photos
« Mes blancs et noirs sont entrelacés et bien contrastés, j’aime aussi jongler avec les couleurs selon la lumière et les saisons…. A mon goût le travail post-production joue un rôle très important dans la finalisation et l’identité artistique du photographe. Lors de mes reportages j’aime aussi photographier d’une manière instinctive et indisciplinée pour pouvoir me surprendre et arriver à capturer THE EMOTION ! »

Des sources d’inspiration
« Je vais de ci de là sur internet, je m’inspire de tout et de rien, la mode, mon enfance et d’artistes venant d’univers différents : Jeff Ascough, Peter Brook, le mime Marceau, Clint Eastwood … Je me moque des modes et aspire à trouver ma propre identité photographique, allez, d’ici 30 ans !! »

Une image des mariés
« Les mariés sont jeunes et fougueux plein d’espoir et d’amour avec une timidité qui leur est propre. Ils sont prêts à tout, à nous photographes de les mettre en confiance … »

Une citation
« Il faut qu’il y ait dans une photographie plus d’âme que d’intelligence, je ne sais pas ou plus qui disait cette phrase mais en tout cas c’est l’idée que je m’en fais … avoir une démarche plus émotionnelle qu’intellectuelle … »

1001 mercis à Marie-Eve Bergère Beaumont pour son interview… imagée !

Marie-Eve Bergère Beaumont
Son site, son blog

{Photos de mariage} : pour ou contre les photos de groupe ?

Ringardes. Neuneus. Bonnes à ranger dans le tiroir à « vieilleries », entre les robes de mariées meringuées et les sachets de dragées. Les photos de groupe n’ont pas la côte dans les blogs mariage, qui préfèrent le naturel, la spontanéité et les émotions vraies du photo-reportage ou les poses poilantes du Photobooth à moustaches !

Bref, question hautement existentielle, les photos de groupe, on garde, on jette ou on fait le tri… et on recycle ?

 

CONTRE

√ On ne va pas se mentir, les photos posées au sourires figés ne candidatent pas pour l’oscar du souvenir mariage le plus funcky. Et vous perdrez votre titre de grand-mère qui rocke en montrant à vos petits enfants vote collection de rangées de convives alignées au centimètre près (version militaire), par ordre de taille (version photo de classe) ou alphabétique (version psychopathe).

√ Bien sûr, vous serez la plus belle pour aller vous marier, Jean-Louis au top de son sex-appeal, et vos invités sapés comme un 31 décembre à New-York. Mais votre dress-code shabby chic ne vous mettra pas à l’abri d’un vieil oncle titubant sur l’épaule de sa voisine, d’un copain bout en train grimaçant ou d’une petite fille d’honneur pleurant sa maman (reléguée au dernier rang). Résultats : 45 prises, 0 photo réussie !

Le Jour J, toutes les mariées le disent (et vous le direz aussi) passe à une vitesse grand V. Et entre le boulet inconnu qui vous tient la jambe, et le copain assisté qui vous demande toutes les 30 secondes où sont les toilettes, le vestiaire ou… les célibataires, vous aurez 2 minutes montre en main pour trinquer avec vos invités (et pas une pour vider votre coupe !). Alors si vous pouviez vous épargniez les heures de poses photos, à attendre que le nuage passe, que Tonton Gégé daigne quitter le bar à whisky ou que la petite Louise sourie à l’objectif…

Le D-Day, tout le monde est beau, gentil, heureux et s’aime dans la paix et l’allégresse. SAUF… si les photos de groupe traînent en longueur (ce qu’elles font toujours !). Et vous serez à deux doigts d’étrangler à coup de voile, votre mère, qui collectionne les photos de famille (réduite, élargie, avec puis sans les pièces rapportées, et je ne vous parle même pas des familles recomposées !), votre belle-mère, qui exige, parité familiale oblige, le même nombre de prises, et le Groom qui sourit béatement à l’objectif au lieu d’arrêter le massacre !

POUR

√ Vous éviterez de vous faire déshéritez par Grand-Maman, qui préfèrera sans doute garder de votre mariage, un album de famille que des images de bar à bonbons DIY !

√  Les photos de groupe, c’est LA garantie d’immortaliser TOUT le monde le Jour J (vous trouverez toujours des convives pour sécher le photobooth !).

√  Les photos de déco, d’escarpins pailletés ou de convives prises sur le vif, vignettées, pixelisées, passées sous filtre retro, c’est bien joli (c’est même très joli), mais dans 5, 10 ou 50 ans, vous serez bien contente de retomber sur les rangées de copines, cousins et bambins, qui vous entouraient quand vous étiez jeune, belle, et mariée !

CONCLUSION

Il faut de tout pour faire un monde… et des photos de mariage. Pour contenter sa mère, sa grand-mère, et son goût pour les photos artistiques prises sur le vif, on concote un petit mix… Quelques trucs et astuces pour faire passer la pilule des photos de groupe :
- On ouvre le cocktail par les photos de groupe, plus vite vous serez débarrassée, mieux vous profiterez de votre D-Day !
- On limite au minimum vital !
- On prépare une liste, avec poses… et poseurs.
- On nomme un chef de projet de photos qui ira les chercher par la main amis et famille.
- On propose un cadre et des poses plus sympas et originales que l’alignement de convives plantés comme des piquets bras ballants et sourires coincés !
- On prévoit des accessoires : chapeaux, rubans, lunettes, etc. !

 

Crédits photos : 2. Guillaume Carrière, 3. Bphoto.fr, 7. photographe-mariage-toulouse.fr.

Pour ou contre le lancer du bouquet de la mariée ? C’est par ici !

Le Photobooth pour les nul(le)s !

Hier soir, j’ai fait mon grand baptême de la Etsy Craft night, organisée par Etsy et le blog Un beau jour à Paris.

J’ai débarqué à La Cartonnerie, une copine bride-to-be sous le bras, et 100% de potentiel artistique dans les doigts. Enveloppes calque, embossage de faire-parts ou customisation de sachets de thé pour les invités, ça grouillait de chouettes ateliers à essayer de ci de là. Mauvaise perdante au jeu des chaises musicales, j’ai préféré squatter la table Photobooth toute la soirée (et le bar à bonbons-madeleines-cup-cakes, histoire de prendre des forces entre deux accessoires !).

Autour de nous : deux garçons (envoyés en mission par leur bridezilla coincée à son cours d’art floral ?) et une brochette de filles, qui papotaient blogs mariage et centres de table, pestaient contre le traiteur non-diplômé en wedding-cake ou leur Groom anti-mariées en converses, en collant des noeuds pap’ et des moustaches sur des piques en bois. La vraie vie, quoi ! (en plus sympa).

Autant je suis à deux doigts de passer profesionnelle en origamis, autant je n’ai pas le cutter très habile, et après un furtile coup d’oeil aux créas de mes voisines, j’ai bien été obligée d’admettre que ne faisais pas le poids. Bilan de ma soirée : 2 noeuds pap’ pas droits, 1 moustache amputée de ses bouclettes… et 3 rames de papiers gâchés. Plus 1 projet de livre : le Photobooth pour les nuls !

Chapitre 1

1. Des modèles sur Internet tu téléchargeras
Tu télécharges ici ou des templates de moustaches, bouches, cravattes, lunettes, etc.  Tu les imprimes (au bureau, oui oui) sur un joli papier cartonné. 3 coups de mini-ciseaux, 1 bout de scotch sur une pique en bois ou une paille en papier, et le tour est joué !

2. Sur Etsy des accessoires tu achèteras.
Pour les allergiques au DIY, les agendas de ministre d’état ou les handicapées des deux doigts, la solution est sur Etsy, direction le joli Shop de Little retreats.

3. Les boutiques de farce et attrapes tu dévaliseras.
Nez rouge de clowns, lunettes king size ou masque, fausses barbes ou moustaches, … : tu feras la tournée des boutiques de farces et attrapes, déguisements et farfouilles. (Crédit photo : Rocwell photo).

4. L’esprit récup’ tu adopteras.
Vieux cadres, collier de fleurs souvenirs de ton voyage à Bora-Bora, épée de zoro de Jean-Louis enfant (adolescent ?!), boa fushia ou collier bling bling de ta dernière soirée déguisée, etc. tu profiteras d’un grand ménage de printemps dans ton dressing (ou le grenier de Mamie !) pour remplir ta malle à Photobooth. Bonus : tu peux même piocher dans la corbeille de fruits de ta cuisine ! (Crédit photos : Bride pop)

5. Tes invités tu feras travailler.
Le Photobooth pour les paresseuses existe, et il s’appelle l’ardoise magique. Un ardoise et des craies en libre-service tu laisseras, et un message chaque invité écrira ! (Crédit photos : Pierre Atelier).

Bonus, 50 idées d’accessoires Photobooth en vrac : chapeau melon, haut de forme, mexicain ou en paille, casque à vélo, casquette militaire ou de rappeur US, oreilles de lapin, cerfs ou Mickey, serre-tête, lunettes king size ou couleur flash, bandeau de pirate, faux cils, maquillage, masque, coeur, nez rouge, moustache, fausse barbe, bouche, noeud pap’, cravatte, foulard, boa, col Claudine, colliers, ceinture colorée, blazer, jaquette, gants blancs, faux ongles, bagouse XXL, escarpins pailletées, ballerines à pompons, baguette magique, épée de Zoro, jouets pour enfants, téléphone vintage, baguette magique, ardoise, bulles de BD, fruits, bouquet de fleurs, maracasses, guitare gonflable, micro, sèche-cheveux, cadre de tableau ou de polaroïd, miroir.

{Shopping mariage} chez chez Bal de famille !

OH-MON-DIEU, me suis-je dit bouche grande ouverte à l’américaine et yeux à moitié fermés, quand j’ai déchiffré la date du jour sur mon réveil ! Mardi 24 janvier. 1 jour que BAL DE FAMILLE a ouvert les portes de son Shop… et 2 que mon article J-2 était programmé ! Coup dur pour la reine – que dis-je l’impératrice – de l’organisation que je suis (!). L’écolo-bio (que je ne suis pas) ne fera pas de gâchis et recyclera son article pour donner une 2e vie à son compost !

 


 

BAL DE FAMILLE, c’est l’histoire d’une jeune maman, Julie, qui, son mari et sa famille aidant, son fils sous le jupon, les potes en renfort, se lance et monte SA boite. Julie, elle est un peu idéaliste, elle croit aux formes impromptues de générosité, aux petits gestes qui comptent, elle aime les dîners en bande, les cadeaux sans prétention, les anniversaires, les mariages. Elle croit que les petits détails font les grandes fêtes. Et elle aime la création, au sens large.

BAL DE FAMILLE, elle l’a imaginé dans cet esprit. Un petit shop, qui propose une sélection pointue d’accessoires de mode et de petits objets, des objets qui ont du sens, des produits dénichés aux quatre coins du globe, des créations délicates et souvent d’origine artisanale, des modèles uniques, des éditions limitées.

J’ai baladé mes envies de shopping aux rayons déco, paperie et accessoires, des bijoux de tête aux noeuds Pap’ en passant pas les Save the Date,  rouleaux de masking tape & bracelets des Bridemaids, et ai posé une option sur : la cravate liberty, les cake toppers, et le nuage de bouche spéciale Photobooth !

 

   

Bal de Famille : le Shop et le Blog.

3 questions à Pierre Atelier, photographe mariage

Précédemment chez Martine Se Marie, le mariage d’Anne-Sophie et Benjamin joliment mis en boîte par Pierre, de Pierre Atelier. Un photographe mode & sport, qui pointe 8 fois par an (et avec talent !)  le bout de son objectif (et de son photobooth !) dans les mariages !
Ce qui est rare est précieux : ne reste plus qu’à prier (et à accélérer le mouvement !) pour faire partie du club des 8… mariées privilégiés !


1. Pouvez-vous « tirer votre portrait » en quelques lignes ?
Pierre 34 ans, toujours de très bonne humeur, photographe depuis 10 ans. J’ai commencé les mariages avec mes clients mode qui ne trouvaient pas de vrai photographe dans ce milieu… et je me suis vite pris au jeu ! Je fais moins de huit mariages par an pour que cela reste un véritable plaisir Lire la suite

Real wedding : Anne-Sophie et Benjamin by Pierre Atelier

Des pots de confiture liberty, des fanions au bord de la piscine, un photobooth truffé d’ardoises, une mariée tout sourire (bien) accompagnée de… ses manchettes dentelle, sa tresse et son bouquet champêtre, etc. Le mariage d’Anne-Sophie et Benjamin mérite un A (et même un triple tiens !).

Derrière l’objectif, Pierre de Pierre Atelier, qui laisse aux mariés de jolis souvenirs imagés et aux fiancées… 7 idées à piquer (sans complexe) !

Lire la suite