{Robes de mariée} : un showroom pour Meryl Suissa !

Save the date. Notez, entourez, sous-lignez ou stabylotez la date du 17 mars 2012. La créatrice de robes de mariées Meryl Suissa ouvre les portes de son showroom à Paris, dans le 8e exactement, et parole d’une future bride qui en connaît un rayon en robes blanches (102 essayages et 648 heures à surfer sur les sites mariages à mon actif), c’est encore plus fort que l’arrivée du Burger King à Saint Lazare !

Meryl Suissa, je l’avais découverte, repérée, notée dans dans un coin de ma tête, grâce à la charmante Muriel de la boutique Queen Caroline, qui sensible à mon désespoir de ne jamais tomber sur la robe rare (j’étais à deux doigts de me marier à poile et de transformer mon Jour J en rendez-vous naturiste !), m’avait envoyé un de ses modèles en photo. Une petite robe courte adorable (et sexy), légère et féminine, entre tulle, bretelles en dentelle et dos nu à défroquer Monsieur le curé. Pour la petite histoire, j’ai fini par craquer pour une robe concurrente mais celle-ci restera gravée dans les annales de mes coups de coeur mariage… Et je ne peux que me réjouir (pour vous, futures mariées pas encore habillées) de l’ouverture de ce showroom.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais en solitaire (proverbe chinois, ou malien, je ne sais  plus bien), Meryl Suissa organise des ventes exclusives du 17 au 24 mars 2012. Vous pouvez vous inscrire en envoyant  un mail ici (attention, nombre d’invitations limitées).

En attendant le 17 mars, vous pouvez découvrir les jolies robes courtes de Meryl sur son site ou dans la boutique Queen Caroline à Saint-Rémy de Provence. Et son univers mi-vintage mi-baby doll, 100% chic et sobre, tout en féminité, romantisme et légèreté ici !

Publicités

{Real wedding} : Alice et François by Cécile Pimprunelle

Avant d’entrer dans le vif du mariage d’Alice et François, je dois vous confesser un léger (mais incurable !) penchant… pour la série How I met your mother ! J’ai bien essayé de me soigner, à coup de réunions des Séries-addicts Anonymes (« Je m’appelle Martine et je suis série-addict« . « Bon-jour Mar-tine… ») ou de fermetures de sites de téléchargements illicites (oui, Megaupload, c’est moi !). Bref, je cumulais 100 jours de sobriété (d’affilée j’entends !) quand… j’ai replongé.

La faute à Cécile Pimprenelle… et ses superbes photos du mariage d’Alice (ndlr, hôtesse de l’air) et François ! A peine le temps de dire « waouh » que l’épisode 16 de la saison 5 défilait dans ma tête. Celui où le serial-one-shoter Barney philosophe sur l’évolution de la société… et celle du travail des filles sexy !

Au temps de la préhistoire, l’homme chassait et la femme sexy… cueillait. Plus tard, l’homme soldat partit à la guerre, la femme sexy se fit… infirmière. Un jour, l’homme s’empara du ciel, la femme sexy enfila ses talons aiguilles et son costume d’hôtesse de l’air. Aujourd’hui, vie dure oblige, l’homme se shoote aux médicaments, et la représentante en pharmacie a détrône l’hôtesse de l’air dans le top 1 des professions féminines les plus sexy !

Oui, c’est à cette fine théorie que j’ai pensé. Oui, je me suis repassé en boucle le passage, l’épisode, la saison. Oui, j’ai envoyé aux scénariste les photos du joli Jour J d’Alice et François. Pour leur prouver que non, l’ère de l’hôtesse de l’air n’est pas encore passée…

Alice et François se sont dit oui. A Deauville. Devant l’objectif de la photographe Cécile Pimprunelle, d’origine… deauvilienne. Décor de film, actrice principale sublime dans sa robe courte retro et son chignon Grâce Kelly à la mairie, et séance photos sur les planches et la plage, un air de Chabadabada Chabadabada devait trotter sur toutes les lèvres… A moins qu’on ait chanté « Je vois la vie en rose » à l’arrivée de la deux-chevaux fushia décapotable et de la mariée en robe blanche devant et ruban rose dans le dos à l’église


Lire la suite

Le Golden Globe du Meilleur Film Mariage pour « The Artist » !

Hellooooooooooo !

Un petit post en direct de Los Angeles, où je me remets – dans le spa d’une modeste propriété privée de Berverly Hills – de l’émotionnante soirée des Golden Globes (et oui, la grande tige qui tenait le bras de Georges Clooney, la jambe de Brad Pitt et babillait de la pluie et… des enfants avec Angelina, c’était moi !).

Bref. J’y étais I was there comme on dit ici, battant chauvinement des mains aux succès de « The Artist », quand… Oh-My-God, Ricky Gervais a décerné en OFF (et sans pique !) un 4e Golden Globe à la joyeuse bande du film ! Je me suis pincée mais je ne rêvais pas, j’ai avalé cul sec ma canette de Perrier pour dessouler mais Georgy ne m’avait servi qu’un Nespresso : « The Artist » a bel et bien décroché le trophée du Meilleur Film Mariage, coiffant au poteau son co-nominé et (inégal) rival « Mes meilleures amies ». (True story !)

Retour sur les plus belles wed’scènes de « The Artist »… à se repasser en boucle(ettes) pour se faire des films avant son jour J !


« Le Golden Globe du meilleur second rôle m’ait passé sous le nez mais j’ai attrapé celui du Meilleur Film Mariage. Et toc ! » Bérénice Béjo. Lire la suite

Un jour, une idée déco : du Coca Cola à la table… de son mariage !

Always Coca-Cola… même à son mariage ! Plateaux rouges ou jaunes, canettes et bouteilles en verre : la célèbre marque de soda américaine déploie l’artillerie lourde et débarque en force et en rouge, sur le marché… des mariages !

J’avoue n’offrir aucune résistance à cette invasion commerciale, et plonger la tête la première dans cette (nouvelle) vague, venue tout droit des mariages US (of course) ! J’aime cette ambiance rétro, entre rouge et blanc, et ai beau avoir avalé du « On ne boit pas de Coca à table » quand j’étais petite, j’espère bien m’offrir une légère entrave à la règle le jour J. Le plein d’idées pour arroser, de quelques goutte de Coca,  sa déco mariage

Des plateaux pour « ranger » ses canettes (ou bouteilles en verre plus vintage !), cup-cakes, bonbons, mais aussi ses bouquets, carnets, menus, livres d’or ou  plans de table…

Lire la suite